-->

Je le jure – Marais Miller

Un recueil de nouvelles, publié chez Guy Saint-Jean.

Pour en savoir plus ou pour s’en procurer un exemplaire: saint-jeanediteur.com

La cour de justice, avec ses drames humains, ses anecdotes, ses dessous pas toujours reluisants, ses sagas, s’apparente parfois à un étrange feuilleton, auquel s’entremêlent les destins de tout un chacun. Avocat de la défense, accusé, témoin, procureur, ou juge, chacun traîne derrière lui un bagage lourd d’émotion, d’attente, de crainte. Chaque cause possède ses secrets, ses tragédies, ses faits, ses acteurs dont le tribunal constitue la toile de fond. Une juge à la recherche de sa fille abandonnée, un père poursuivi par ses enfants, un paraplégique confronté à son agresseur, une accusée qui ne peut se pardonner l’assassinat de son enfant, une ancienne prostituée qui hésite à dénoncer son pimp, une femme qui voit son conjoint accusé d’agression sexuelle sur une inconnue et plusieurs autres personnages aux prises avec leurs démons, leurs doutes, leurs questionnements… La cour de justice est le théâtre de nombreux bouleversements, de dévoilements surprises, de coups bas et de revirements soudains. Ce qui s’y passe laisse rarement les gens indifférents ou indemnes et ceux qui y entrent en ressortent parfois changés à jamais.

Le sans tache

Un roman, publié chez Stanké

Pour en savoir plus ou pour s’en procurer un exemplaire: edstanke.com

[…] “Caro, la messagère cycliste, note une silhouette au fond de la pièce.
-Êtes-vous Me O’Neil? J’ai besoin d’une signature pour confirmer ma livraison.
Un homme à demi couché sur une chaise droite ne bouge pas. Sa tête est inclinée, sa main droite frôle le sol. Caro approche. Elle se penche vers lui. Une grosse tache de la couleur du fauteuil couvre une partie de la chemise de l’homme. Deux larges pupilles noires la fixent. À droite, à ses pieds, elle aperçoit une arme.
Elle ne connaît pas cet homme. Il n’a pas l’air en paix. Du bout des doigts, elle effleure son front. Il est encore chaud. Et elle lui parle à voix mi-éteinte:
-Je dois partir. C’est trop risqué! Je ne veux rien savoir de la police, mon vieux!” […]

Chronique du 15 mars pour nomag.ca

Chroniquemangetescroûtes: je vous parlerai de bouffe, de restaurants. Les incontournables, mes meilleurs; de ces endroits que l’on fréquente même un soir de tempête ou de peine d’amour pour croire encore que tout à une faim…

J’ai un penchant génétique pour le bonheur et nous sortons pour nous faire plaisir, il n’y aura donc pas de critique négative, «Nomag»: que des lieux réconfortants, des points de repère pour se sustenter à toute heure du jour ou encore tard en soirée.

Pour la bouffe maison, je vous refilerai mes recettes, les faciles, pour cuisiner chez-vous, «parce que nous ne sortirons pas ce soir» et qu’un bon plat nous redonnerait du moral.

Le Petit Conti

4007 rue St-Denis, Montréal
Dimanche au mardi 17h30 à minuit
Mercredi au samedi 17h30 à 1h
40$ par personne, sans alcool

Je commence par le Petit Conti parce que ce resto fait l’unanimité avec ma gang, que ce soit les 20 ans, les 30 et les autres. On y revient toujours. Voilà l’endroit qui s’impose après une longue discussion, genre: «y’a tellement de restos à Montréal, pourquoi on fait pas différent?» Et puis à tout coup, la spécialiste du tartare à nos côtés se rappelle qu’au Petit Conti, on sert le meilleur en ville. Et notre gourmand qui salive déjà à la seule pensée de se retrouver attablé devant un savoureux carbonara..!

De mon côté, ce sont les entrées que je déguste tout doucement: deux si l’appétit ne me tenaille pas trop; j’opte alors pour les raviolis maison de wonton farcis aux champignons et je continue avec le carpaccio de bœuf ou encore celui aux figues et fromage de chèvre.

La carte des vins est étoffée et honnête: pour une cinquantaine de dollars, vous accompagnerez votre repas d’une bonne bouteille. Essayez aussi les vins du vignoble du patron, Le loup blanc.

Pour les plats vedettes de la semaine, on consulte le très cinématographique site web de la maison: www.lecontinental.ca.

Tartare au boeuf ou au cheval

Une recette de tartare au bœuf aurait figuré pour une première fois dans le Larousse gastronomique de Proper Montagné (1938). Depuis, elle fut modifiée au plaisir des chefs. Voici la mienne.

Vous choisirez du bœuf ou du cheval, ce dernier est moins gras. Parlez-en avec votre boucher.

Pour une personne

200 grammes de viande haché crue
1 c. à café de câpres
1 c. à café de ciboulette ou d’ oignon vert coupé finement

1 c. à café de ketchup
1 c. à café de moutarde de Dijon
1 c. à café de sauce Worcestershire
Sel , poivre, tabasco et huile d’olive au goût
1 jaune d’oeuf, persil, cornichons

Mélanger tous les ingrédients sauf le jaune d’œuf ,le persil et les cornichons.

Former une boulette aplatie; sur le dessus, y déposer le jaune d’œuf.

Garnir de persil et de petits cornichons tout autour.

Accompagner d’ une salade verte; avec de la roquette, c’est délicieux.

Les frites congelées prêtes à cuire, 5 minutes au four, ne sont pas mauvaises du tout; les servir avec de la mayo.

Un régal avec un vin rouge qui a de la personnalité!

par Clara Marais